Union fédérale des consommateurs Que Choisir

Région de Versailles
Adhérer
Qui sommes-nous ?
Echec du chargement du Flash. Il vous faut télécharger le plugin sur http://www.macromedia.com
ACCUEIL QUI SOMMES NOUS ACTIVITES LITIGES PUBLICATIONS INFOS PRATIQUES CONTACT
SANTE ET BIEN ETRE






Avec l'UFC ça marche
Nous rejoindre
Adhérer
Contact
Liens
Informations pratiques
Interventions radio TV

ALD (Affection Longue Durée)
Modification des durées de prise en charge

0 Les durées d'exonération pour certaines affections de longue durée (ALD) sont modifiées à la hausse depuis le 6 avril 2017.

Les Affections Longue Durée sont des maladies* nécessitant des soins d'au moins 6 mois. Les malades atteints d'une Affection de Longue Durée bénéficient d'une prise en charge à 100% pour les soins liés au traitement de leur maladie.

Exemples :
  • Les patients atteints d'un diabète de type 1 ou 2 bénéficient d'une exonération pour une durée de 10 ans renouvelable, c'était 5 ans auparavant.
  • Les victimes d'un accident vasculaire cérébral ont droit à 3 ans d'exonération au lieu de 2 ans auparavant.
Les patients dont la prise en charge a débuté avant le 6 avril 2017 restent soumis, pour la période d'exonération en cours, à la durée en vigueur avant le 6 avril 2017.

Les patients bénéficiaires d'une prise en charge au titre d'une hypertension artérielle sévère avant le 27 juin 2011 (date à laquelle l'hypertension artérielle sévère a été retirée de la liste des ALD) bénéficient, à l'expiration de la période d'exonération initiale de 5 ans, du renouvellement de cette exonération pour une durée de 10 ans, elle-même renouvelable.

L'ADL ne couvre pas complétement les patients

Les dépenses de santé des personnes reconnues en affection de longue durée (ALD), normalement couvertes à 100 % par l'assurance maladie, ne le sont en réalité qu'à hauteur de 88 %. C'est le constat étonnant que tire l'Observatoire citoyen des restes à charge en santé, composé du Collectif interassociatif sur la santé (Ciss), du magazine 60 Millions de consommateurs et de Santéclair, sur la base des données de remboursement de la Sécurité sociale. Le reste à charge moyen s'élève à 752 € par an, contre 673 € pour une personne qui n'est pas en ALD ; 10 % des patients en ALD déboursent 1 700 € par an, ce qui est considérable.

Ces montants s'expliquent :
même dans le cadre de leur ALD, les patients ne sont pas épargnés par les dépassements d'honoraires et les franchises sur les soins. Et quand ils sont soignés pour des pathologies autres que la maladie qui les classe en ALD, ils ne sont pas pris en charge à 100 %, mais remboursés aux mêmes taux que les autres patients. Avec un effet grossissant, car, souligne l'Observatoire, beaucoup d'ALD induisent, en raison notamment des effets secondaires des traitements, d'autres problèmes de santé, appelant par exemple des soins dentaires, à la fois coûteux et mal couverts par la solidarit nationale.

L'étude publiée montre que, même dans le cadre d'une ALD, avoir recours à une complémentaire santé peut faire baisser la facture. Reste qu'il faut souscrire une couverture haut de gamme pour réellement réduire les frais, ce qui suppose un surcoût élevé de l'ordre de 2 000 € par an.

Note* La liste de ces pathologies est établie par la HAS (Haute Autorité de Santé).

Source : service-public.fr, Que Choisir - R. B. Juin 2017




Dans la même rubrique

  • Vastarel - Usage restreint
  • Complémentaire santé - Transparence ajournée
  • Accès aux soins - La fracture se creuse
  • Sport et accidents - Le mauvais tandem
  • Médicaments contre le rhume - Bientôt sur ordonnance ?
  • Parabènes - Un risque chasse l'autre
  • Pesticides - Trois produits reconnus toxiques
  • Éliminez les pesticides des fruits et légumes
  • Grippe aviaire A (H7N9) en Chine : les recommandations aux voyageurs
  • Médicaments - Enfin une base de données grand public
  • Vente de médicaments sur internet : attention aux contrefaçons
  • Aspartame - La polémique continue
  • Scope santé - Le site pour choisir hôpital et clinique
  • Compléments alimentaires : cinq produits à ne pas consommer
  • Cyclamed
  • Cigarette électronique - Attention à l'enfumage !
  • Confusions avec les conditionnements unidose
  • Médicaments - Halte à l'overdose pour les personnes âgées
  • Ondes électromagnétiques - Le Wi-Fi bientôt interdit dans les crèches
  • Retardateurs de flamme - Toxiques et sans efficacité prouvée
  • La carte-repère des molécules toxiques - Produits d’hygiène et de beauté
  • Il faut sauver le savon de Marseille !
  • Pas de supplément automatique pour être seul(e) dans sa chambre d’hôpital
  • À la recherche des sucres cachés dans notre alimentation
  • Information nutritionnelle : 4 systèmes d'étiquetage testés en Île de France
  • Extracteurs de jus : Attention aux arguments santé des démonstrateurs !
  • Le rhume
  • De l'acrylamide au menu, ça vous dit ?
  • Médicaments - La liste noire de Prescrire
  • Restauration - Les sodas à volonté en libre-service désormais interdits
  • Carafes filtrantes : quelle qualité de l'eau ?
  • Prothèses audio
  • Tout savoir sur l'eau potable
  • Rhume : liste des médicaments interdits de publicité
  • Régimes amaigrissants : ils allègent surtout votre porte-monnaie



  • ACCUEIL | QUI SOMMES-NOUS | ACTIVITES | LITIGES | DEMANDE D'ADHESION | PUBLICATIONS | BREVES | CONTACT | INFORMATIONS LEGALES
    UFC-Que Choisir de la région de Versailles © 2013 - Site réalisé par ADR Info - Mis à jour le : 04/03/2018