Union fédérale des consommateurs Que Choisir

Région de Versailles
Adhérer
Qui sommes-nous ?
Echec du chargement du Flash. Il vous faut télécharger le plugin sur http://www.macromedia.com
ACCUEIL QUI SOMMES NOUS ACTIVITES LITIGES PUBLICATIONS INFOS PRATIQUES CONTACT
SANTE ET BIEN ETRE






Avec l'UFC ça marche
Nous rejoindre
Adhérer
Contact
Liens
Informations pratiques
Interventions radio TV

Aspartame
La polémique continue.

0Après Une étude de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) conclut à l'innocuité de l'aspartame. Mais le Réseau environnement santé (RES) et des ONG s'indignent et réclament des études réellement indépendantes.

« L'aspartame et ses produits de dégradation sont sûrs pour la consommation humaine ».
C'est la conclusion de la dernière étude publiée le 10 décembre 2013 par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa). Elle affirme qu'« aux niveaux actuels d'exposition », ce « faux sucre » utilisé dans plus de 6 000 produits (sodas, yaourts, desserts, médicaments, etc.) ne pose pas de problème de toxicité. « Cet avis représente l'une des évaluations les plus exhaustives des risques associés à l'aspartame jamais entreprises », a déclaré le docteur Alicja Mortensen, présidente du groupe scientifique de l'Efsa sur les additifs alimentaires.

De quoi rassurer les industriels de l'agroalimentaire, à commencer par Coca-Cola, qui avait vu ses ventes de sodas light chuter à la suite de plusieurs études scientifiques suggérant un lien entre aspartame et la survenue de diverses pathologies. Visiblement soulagée, l'Association internationale pour les édulcorants (ISA) s'est d'ailleurs félicitée, dans un communiqué, de cette prise de position européenne sur « l'innocuité » de l'aspartame. Pas sûr, cependant, qu'elle suffise à mettre un terme aux polémiques récurrentes que suscite cet édulcorant depuis sa mise sur le marché en 1982. Ainsi, en 2006, des chercheurs italiens mettaient en évidence le développement de tumeurs chez le rat, dès la dose de 20 mg/kg de poids corporel/jour. Une étude danoise menée sur des femmes enceintes et publiée fin 2010 concluait également que la consommation d'au moins une boisson gazeuse édulcorée par jour pendant la grossesse augmentait le risque de naissances prématurées.

Pas de risque de cancer selon l'Efsa
En France, ces études avaient été examinées par l'Agence nationale de sécurité de l'alimentation (Anses) qui avait estimé qu'elles n'étaient pas suffisamment probantes mais jugé néanmoins néces-saire de conduire des « travaux scientifiques complémentaires ». C'est dans ce contexte que l'Efsa a mis en place un groupe de travail « chargé d'évaluer les bénéfices et les risques nutritionnels des édulcorants intenses et la nécessité éventuelle des recommandations pour les populations sensibles, parmi lesquelles les femmes enceintes ». Au terme d'une consultation publique en ligne auprès d'universités, d'agences nationales, d'industriels ou d'ONG, les experts de l'Efsa ont conclu que la dose journalière acceptable (DJA) actuelle de 40 mg/kg/jour constituait « une protection adéquate pour la population générale ». Concrètement, cela signifie que pour atteindre cette DJA, un adulte de 60 kg devrait sucrer quotidiennement son café avec une centaine de sucrettes à l'aspartame ou avaler quotidiennement douze canettes de boissons light, dosées au niveau maximum autorisé, ce qui est rarement le cas. Selon l'Efsa, il n'existe pas de risque potentiel que l'aspartame puisse provoquer un cancer ou affecter le fonctionnement cognitif des enfants et des adultes. En ce qui concerne la grossesse, les experts ont également exclu le risque pour le développement du fœtus, sauf chez les femmes enceintes souffrant de phénylcétonurie, une maladie génétique rare.

Études issues de l'industrie
Des conclusions qui sont loin de convaincre le Réseau environnement santé (RES), qui regroupe scientifiques, associations de malades et ONG. Le réseau souligne ainsi que la dose journalière de 40 mg/kg/jour a été édictée sur la base d'études issues de l'industrie, datant des années 70, mais pas d'études scientifiques. « Les rapports qui ont servi à établir cette DJA n'ont jamais fait l'objet d'une évaluation indépendante, ce qui est pourtant la première étape d'une évaluation des risques », s'indigne le réseau. Et d'ajouter: « L'Efsa continue de produire des avis au mépris des règles de base de la déontologie de l'expertise et de couvrir ainsi une fraude manifeste ». Le réseau demande la mise en place d'une commission d'enquête parlementaire en France et en Europe sur ces manquements graves, tant de l'Efsa que de l'Anses concernant l'aspartame.

Si les soupçons qui pèsent sur l'aspartame sont donc loin d'être levés, il existe un large consensus scientifique sur le fait que ces édulcorants ne favorisent en rien une perte de poids. Bien au contraire, la frustration engendrant souvent un effet de compensation.

Source UFC-Que Choisir Florence Humbert 07/01/2014




Dans la même rubrique

  • Vastarel - Usage restreint
  • Complémentaire santé - Transparence ajournée
  • Accès aux soins - La fracture se creuse
  • Sport et accidents - Le mauvais tandem
  • Médicaments contre le rhume - Bientôt sur ordonnance ?
  • Parabènes - Un risque chasse l'autre
  • Pesticides - Trois produits reconnus toxiques
  • Éliminez les pesticides des fruits et légumes
  • Grippe aviaire A (H7N9) en Chine : les recommandations aux voyageurs
  • Médicaments - Enfin une base de données grand public
  • Vente de médicaments sur internet : attention aux contrefaçons
  • Scope santé - Le site pour choisir hôpital et clinique
  • Compléments alimentaires : cinq produits à ne pas consommer
  • Cyclamed
  • Cigarette électronique - Attention à l'enfumage !
  • Confusions avec les conditionnements unidose
  • Médicaments - Halte à l'overdose pour les personnes âgées
  • Ondes électromagnétiques - Le Wi-Fi bientôt interdit dans les crèches
  • Retardateurs de flamme - Toxiques et sans efficacité prouvée
  • La carte-repère des molécules toxiques - Produits d’hygiène et de beauté
  • Il faut sauver le savon de Marseille !
  • Pas de supplément automatique pour être seul(e) dans sa chambre d’hôpital
  • À la recherche des sucres cachés dans notre alimentation
  • Information nutritionnelle : 4 systèmes d'étiquetage testés en Île de France
  • Extracteurs de jus : Attention aux arguments santé des démonstrateurs !
  • Le rhume
  • De l'acrylamide au menu, ça vous dit ?
  • Médicaments - La liste noire de Prescrire
  • Restauration - Les sodas à volonté en libre-service désormais interdits
  • Carafes filtrantes : quelle qualité de l'eau ?
  • ALD (Affection Longue Durée) - Modification des durées de prise en charge
  • Prothèses audio
  • Tout savoir sur l'eau potable
  • Rhume : liste des médicaments interdits de publicité
  • Régimes amaigrissants : ils allègent surtout votre porte-monnaie



  • ACCUEIL | QUI SOMMES-NOUS | ACTIVITES | LITIGES | DEMANDE D'ADHESION | PUBLICATIONS | BREVES | CONTACT | INFORMATIONS LEGALES
    UFC-Que Choisir de la région de Versailles © 2013 - Site réalisé par ADR Info - Mis à jour le : 04/03/2018